Fasciite plantaire (aponévrosite plantaire)

La fasciite plantaire (aponévrosite plantaire)

Si vous avez de la douleur au talon lors des premiers pas le matin, après avoir été assis longtemps ou si vous avez un point de douleur comme une épine au talon, ce texte pourrait vous intéresser.

La fasciite plantaire ou aponévrosite plantaire est l’une des conditions les plus répandues aux pieds. Elle est causée par un étirement ou une rupture du fascia plantaire, la bande fibreuse qui soutient l’arche du pied.

Les symptômes les plus apparents de cette pathologie sont les douleurs au talon. La personne les sentira dès les premiers pas le matin ou après avoir été assis longtemps.

Voici les symptômes, les causes et les traitements de la fasciite plantaire.

Pour en apprendre davantage sur la fasciite plantaire, téléchargez notre fiche informative ici.

Symptômes occasionnés par la fasciite plantaire

Une personne qui souffre d’une aponévrosite plantaire éprouvera une douleur dès les premiers pas le matin, qui s’estompe dans la journée. Elle ressentira aussi une douleur après avoir été assise longtemps. Voici d’autres symptômes de la fasciite plantaire.

  • Des douleur lors de la palpation de votre voute plantaire ou lors d’une pression sur le talon.
  • De la douleur qui apparaît lorsque vous êtes debout ou que vous marchez, et qui peut empirer avec le temps.
  • Une tension sur l’extérieur du pied qui peut parfois mener à des douleurs de compensation au pied et à la jambe.
  • Votre condition qui s’aggrave avec le temps, sans traitement.
  • Pincement.
  • Sensation de chaleur dans le talon.
  • Sensation d’un pique sous le talon, comme une épine dans la peau.
  • Déplacements difficiles, particulièrement pour monter ou descendre des escaliers.

Diagnostiquer une fasciite plantaire

Les symptômes associés à la fasciite plantaire sont semblables à ceux d’autres problèmes du pied.

On pense par exemple à :

Pour écarter ces diagnostics, le podiatre peut procéder à des examens complémentaires du pied et de la posture.

Ils lui permettent également de mieux comprendre la cause de l’inflammation du fascia du pied.

Les analyses utilisées en clinique pour diagnostiquer une fasciite plantaire sont ;

  • L’examen biomécanique, où le podiatre examine le fonctionnement du pied à la recherche d’anomalies
  • L’IRM (imagerie par résonance magnétique), qui permet de détecter une aponévrose plantaire déchirée
  • La radiographie numérique du pied, qui sert à détecter d’éventuelles complications comme l’épine de Lenoir
  • L’échographie du pied, qui décèle les lésions aux tissus mous tels que les tendons, les nerfs et les muscles.

Qu’est-ce qui cause la fasciite plantaire

Pourquoi une personne développe-t-elle une fasciite plantaire ? Il y a plusieurs raisons. Voici quelques-unes des réponses possibles :

Obésité :

le surplus de poids peut causer ce type de pathologie. C’est pourquoi la fasciite plantaire est également présente chez certaines femmes enceintes (augmentation brusque du poids).

Votre type de pied :

si vous avez un pied plat ou creux, vous serez plus propice à développer ce genre de pathologie.

Vos chaussures :

si vous portez des chaussures trop usées, avec un contrefort trop souple, trop ou pas assez rigides ou qui procurent un mauvais soutien à votre voute plantaire, vous courez davantage de risques.

Jambes :

si vous avez une jambe plus longue que l’autre ou si encore, vous avez une mauvaise rotation des jambes, vous courez plus de risques.

Mollets :

avoir les muscles des mollets trop forts ou qui manquent de souplesse (raideur).

Exercice physique :

un manque d’étirement lors de l’entraînement peut également causer une fasciite plantaire. Les sportifs faisant de la course à pied, de longues marches ou du saut sont également plus vulnérables à ce genre de pathologie.

Âge :

le vieillissement rend votre fascia plantaire plus rigide. Ceci peut donc créer des microdéchirures. Il est à noter que les étirements peuvent vous nuire dans ce cas.

Maladies inflammatoires :

si vous souffrez de maladies inflammatoires comme l’arthrite, vous courez davantage de risques.

Comment prévenir les douleurs liées à la fasciite plantaire

Certaines actions peuvent être faites afin de prévenir la fasciite plantaire, particulièrement si vous en avez déjà souffert. Il faut surtout changer certaines habitudes.

  • Exercice physique : récupérer entre les différentes activités pratiquées.
  • Écouter les symptômes : cessez une activité qui empire votre douleur.
  • S’entraîner dans les bonnes conditions : s’étirer et se procurer l’équipement adéquat lors de nouvelles activités.
  • Poids santé : maintenir votre ligne.
  • Recommencer la marche ou la course progressivement.
  • Faire des exercices de souplesse après les activités.
  • Chaussures : Remplacer vos chaussures de course tous les 600 à 800 km et veiller à adapter la qualité de celles-ci en fonction de l’activité pratiquée.

Les traitements maison de la fasciite plantaire

Il existe plusieurs traitements maisons afin de soulager les maux causés par la fasciite. Les voici, en ordre des moyens les plus conservateurs aux méthodes les plus invasives.

  • Éviter de marcher pieds nus.
  • Faire des massages à vos pieds.
  • Utiliser un bandage élastique pour diminuer l’inflammation.
  • Réduire vos activités, surtout celles qui vous causent de la douleur.
  • Appliquer de la glace sur l’endroit endolori, dix minutes toutes les heures.

Des exercices pour soulager l’inconfort de l’aponévrosite plantaire

Un manque d’étirements et la raideur des structures du pied sont deux éléments qui causent l’inflammation du fascia plantaire.

Pour contrer les douleurs au talon et empêcher la fasciite plantaire de survenir, la chose logique à faire peut être d’instaurer des exercices spécifiques.

Voici quelques idées d’étirements à faire pour soulager et même prévenir la fasciite plantaire ;

Pour renforcer les muscles du pied :

  1. Se munir d’une petite serviette
  2. En position assise, poser le pied au centre de la serviette
  3. Agripper le tissu avec les orteils en essayant de le ramener vers soi
  4. Replacer la serviette et répéter la même procédure 3 fois

Pour détendre le fascia du pied :

  1. En position assise ou debout, placer une balle de tennis sous le pied
  2. Mettre un peu de poids sur la balle en la faisant rouler du talon aux orteils
  3. Répéter les mouvements pendant 5 minutes

Pour étirer le mollet (muscle gastrocnémien)

  1. Se tenir debout, face à un mur
  2. Placer le bout du pied non douloureux près du mur en gardant l’autre jambe tendue
  3. Étirer le mollet en inclinant les hanches vers le mur
  4. Rester dans cette position pendant environ 30 secondes
  5. Refaire l’étirement 4 fois à 3 moments dans la journée

Les traitements médicaux de la fasciite plantaire

Si l’utilisation d’étirements et de mesures préventives ne parvient pas à soulager la fasciite, il peut être nécessaire d’avoir recours à des traitements podiatriques.

Dans les cas moins problématiques, le podiatre suggère des méthodes thérapeutiques comme :

  • Faire des exercices et étirements plus précis, selon les recommandations du podiatre.
  • Porter des chaussures stables avec de petits coussinets (les espadrilles de sport sont la meilleure option).
  • Suivre un traitement par thérapie manuelle du pied avec votre podiatre.
  • Rencontrer votre podiatre pour un bandage thérapeutique du pied.
  • Demander des anti-inflammatoires à votre podiatre.

Certains cas plus sérieux nécessitent parfois des traitements plus radicaux.

L’épine de Lenoir associée à la fasciite plantaire

La fasciite plantaire est l’une des pathologies causant le plus de douleurs au talon. Toutefois, elle n’est pas la seule.

En effet, l’épine de Lenoir est également une pathologie qui amène des patients chez le podiatre. Néanmoins, il est important de ne pas confondre les deux conditions.

La différence majeure entre la fasciite plantaire et l’épine de Lenoir est que la première condition est souvent responsable de la deuxième.

À vrai dire, en subissant des microdéchirures et une inflammation, le pied victime de la fasciite crée un surplus de calcium.

La calcification osseuse du talon prend alors de l’ampleur pour finalement former l’épine de Lenoir.

Il est néanmoins important de comprendre que l’épine seule n’est pas douloureuse. C’est plutôt son contact avec l’aponévrose irritée qui engendre des inconforts.Sans un traitement adéquat, l’épine calcanéenne est susceptible de provoquer des lésions au fascia plantaire.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie