Épine de Lenoir (épine calcanéenne)

L’épine de Lenoir (épine calcanéenne)

Vous souffrez d’une douleur sous le talon lorsque vous posez le pied au sol ?
L’épine de Lenoir pourrait être la pathologie qui vous affecte puisque cette calcification sous le calcanéum est très répandue.

L’épine de Lenoir, ou épine calcanéenne, est une excroissance osseuse localisée à l’intérieur de votre talon. Cette structure anatomique est visible par rayons X (radiographie).

Souvent, les gens qui en souffrent ressentent de la douleur au talon lors des premiers pas le matin ou après avoir été assis longtemps. Ils peuvent également ressentir un point de douleur comme une épine au talon.

Cette structure se voit normalement par imagerie. Elle est très difficile à sentir au toucher.

Voyons ce qui caractérise l’épine de Lenoir, ainsi que les traitements disponibles pour soulager les douleurs qu’elle provoque.

Quels sont les symptômes de l’épine de Lenoir?

Habituellement, l’épine de Lenoir ne cause aucun symptôme. La majorité des gens ayant cette condition ne ressentent aucune douleur au talon ni en marchant ni en position debout prolongée.

Il s’agit en fait d’un moyen que votre corps utilise pour renforcer l’attache de votre fascia plantaire et éviter l’apparition d’une douleur sous votre talon. C’est aussi un signe que votre fascia plantaire travaille énormément pour éviter que votre arche plantaire ne s’affaisse.

En fait, nous pourrions dire que l’épine de Lenoir est bénéfique pour votre pied, puisqu’elle sert à le renforcer.

Le vrai problème est la tension que votre fascia plantaire cause sur votre talon ainsi que l’inflammation qui se produit. Cette pathologie s’appelle la fasciite plantaire.

Ce qui cause l’épine de Lenoir

Si l’épine de Lenoir est souvent accompagnée d’une fasciite plantaire, elle demeure néanmoins une pathologie multifactorielle.

Son apparition peut donc être facilitée par une panoplie de facteurs prédisposants :

  • L’hérédités : i c’est le genre de pathologie dont souffrent d’autres membres de votre famille, vous risquez d’en souffrir également.
  • Votre type de travail : si vous devez marcher, lever des charges ou être continuellement debout, cela occasionne beaucoup de pression sur les pieds et davantage de tension sur votre fascia plantaire. Cette situation peut donc poser problème à long terme. Votre fascia tire alors sur la région où se crée votre épine calcanéenne.
  • Le surplus de poids : les gens ayant un problème d’obésité seront plus susceptibles de développer ce type de pathologie.
  • Votre type de pied : un pied très creux avec un fascia plantaire très tendu créera davantage de tension sur l’os du talon. Le pied plat, lorsqu’il s’affaisse, provoque beaucoup de tension sur le fascia, soit la principale structure empêchant votre pied de s’écraser complètement sur le sol.
  • Les activités physique : le jogging, par exemple, augmente de trois à cinq fois l’impact que votre pied doit absorber au sol, contrairement à la marche. Encore une fois, pour vous permettre de poursuivre vos activités et progresser, il est possible que votre corps renforce votre fascia par une calcification.
  • Un traumatisme : il est possible que votre fascia se soit calcifié en réponse à un traumatisme (par exemple, votre talon a heurté le sol), ce qui représente un facteur non négligeable.
  • L’arthrites : sachez que certains types d’arthrite favorisent l’apparition des épines particulièrement irrégulières et grosses. Ces épines présentent un plus grand risque d’inconfort sous votre talon comparativement à l’épine de Lenoir traditionnelle. Les gens qui en sont atteints seront habituellement aux prises avec une calcification de l’insertion de leur tendon d’Achille.
  • Le type de chaussures : laissez de côté les souliers mal adaptés, trop souples ou qui manquent d’absorption. En les portant, votre fascia subit une charge de travail supplémentaire, ce qui accroît le risque de développer une épine de Lenoir.
  • Marcher sans chaussures : évitez de marcher pieds nus. Cela sollicite fortement votre fascia plantaire.

Comment prévenir l’épine de Lenoir

Du côté préventif, il y a peu de choses à faire outre les recommandations ci-dessous :

  • Souliers : portez en tout temps des chaussures adéquates, solides et bien coussinées.
  • Exercices physiques : si vous avez des symptômes, évitez les activités qui causent un trop fort impact ou qui impliquent de sauter.
  • Poids : surveillez votre ligne afin de conserver un poids santé.

En cas d’inconfort périodique au talon, n’hésitez pas à consulter un podiatre pour une évaluation globale préventive.

Soyez également attentif aux signaux de votre corps : il est votre meilleur guide.

Les traitements médicaux de l’épine de Lenoir

À priori, le traitement de l’épine n’est pas nécessaire. En effet, tant et aussi longtemps que celle-ci ne blesse pas notre fascia plantaire, vous n’éprouverez aucune douleur inflammatoire.

Par contre, lorsque votre épine calcanéenne devient source de douleur, voici quelques options qui s’offrent à vous :

  • Radiographie : commencez par vérifier la présence d’une fracture de l’épine. Si c’est bel et bien le cas, mais que celle-ci n’est pas trop déplacée, l’immobilisation devient nécessaire.
  • Port d’un coussinet pour le talon : cette option vous aidera en cas de présence d’une épine associée à une atrophie adipeuse (diminution du coussin adipeux).
  • Orthèses plantaires : si vous souffrez également d’arthrite, le podiatre devra éliminer la présence d’une épine dystrophique. Ce sont donc les orthèses.
  • Chirurgie : s’il est impossible de soulager vos douleurs, une chirurgie peut être envisagée afin de permettre de retirer une partie de l’épine. C’est toutefois une solution qui est utilisée en dernier recours, ayant des effets secondaires sur votre biomécanique.

La fasciite plantaire et l’épine de Lenoir

L’un des facteurs déterminants dans l’apparition d’une épine calcanéenne est l’inflammation du fascia sous forme de fasciite plantaire.

La différence la plus significative entre la fasciite plantaire et l’épine de Lenoir réside donc dans le fait que la première condition est souvent responsable de la seconde.

En subissant des microtraumatismes, la bande fibreuse victime de l’inflammation pousse le pied à compenser.  Cela engendre une calcification qui prend éventuellement la forme d’une excroissance épineuse.

Bien que seule une chirurgie puisse faire disparaître l’épine de Lenoir, le fait de traiter la fasciite plantaire permet d’éliminer les douleurs qui y sont associées.

Les autres douleurs au talon

La fasciite plantaire (inflammation du fascia), responsable de 80 % des douleurs au talon, est très fréquente et vous limite dans vos activités. Toutefois, d’autres conditions peuvent être à l’origine de douleurs sous le talon :

  • Névrite de Baxter : douleur éprouvée lors de compressions du nerf calcanéen et qui peut causer des maux dans la région du talon.
  • Tendinite d’Achille : douleur ressentie plutôt derrière le talon.
  • Tendinite du muscle tibial postérieur : symptômes surtout localisés à l’avant du talon en montant vers l’intérieur de votre cheville.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie