FAQ

Le podiatre est un professionnel de la santé qui a les habiletés à diagnostiquer et à traiter les conditions relatives au pied. Il possède une formation universitaire, soit un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres détiennent également une résidence en chirurgie podiatrique.

L’orthopédiste est un médecin détenant un doctorat de premier cycle en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique. Il prodigue des soins médicaux et chirurgicaux qui traitent les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

Représentée par l’Association des infirmières et des infirmiers en soins de pieds du Québec,l’infirmière en soins podologiques est une infirmière ou une infirmière auxiliaire qui détient une formation de 135 heures en soins des pieds. L’infirmière en soins podologiques ne peut traiter de pathologie sans avoir obtenu au préalable un diagnostic d’un podiatre ou d’un médecin. Elle ne peut également pas prescrire de médicaments. La différence entre l’infirmière et l’infirmière auxiliaire est que cette dernière doit obtenir un plan de traitement élaboré par l’infirmière auxiliaire ou encore une ordonnance du médecin ou du podiatre pour pouvoir prodiguer des soins de pieds. Plusieurs infirmières en soins podologiques travaillent en clinique, auprès de podiatres.

L’orthésiste a suivi une formation collégiale. Considéré davantage comme un technicien, il fabrique et ajuste les orthèses et prothèses selon l’ordonnance du podiatre (dans le cas des orthèses plantaires) ou du médecin. L’orthésiste ne peut pas vous évaluer, sauf dans le cas de l’ajustement de l’orthèse prescrite.

Le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ont reçu une formation axée sur la beauté du corps et l’esthétisme. Certaines écoles offrant ces formations ne sont pas reconnues par les commissions scolaires ou le ministère et donnent faussement l’impression qu’elles permettent de prodiguer des soins des pieds. Cette pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. Légalement, le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ne peuvent ni diagnostiquer ni traiter de condition.

Le podologue a reçu une formation qui, au Québec, n’est pas reconnue par la Loi sur la podiatrieet qui n’équivaut pas à celle d’un podiatre. En ce sens, le podologue n’est pas membre de l’Ordre des podiatres du Québec et n’est pas considéré comme un professionnel au sens de la Loi. Sa pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. En Europe, le podologue n’a pas le droit de poser des actes comportant des risques de saignement (ex. : chirurgie, traitement des ongles incarnés, soins des plaies, soins des pieds de patient diabétique, débridement de la corne, etc.).

Source:
http://www.ordredespodiatres.qc.ca/public/des-reponses-a-vos-questions/

Le podiatre est un professionnel de la santé régi par le Code des professions du Québec, la Loi sur la podiatrie et le Code de déontologie des podiatres. Il évalue et traite les affections et maladies du pied qui ne sont pas des maladies du système par des moyens médicaux, chimiques, pharmaceutiques, chirurgicaux, mécaniques ou des manipulations.

Le podiatre possède l’expertise et les compétences nécessaires pour déceler toute complication relative au pied et faire la distinction entre une pathologie podiatrique, qu’il peut traiter, et une maladie du système, qui relève plutôt de la compétence du médecin.

En plus d’offrir des conseils sur la santé et l’hygiène des pieds, le podiatre peut prescrire et administrer certains médicaments, exécuter des chirurgies mineures et prescrire, fabriquer ou modifier des orthèses podiatriques.

Pour en savoir davantage sur les affections du pied, consultez la section soins des pieds.

Non, vous n’avez besoin d’aucune référence médicale pour venir consulter.

La différence repose surtout sur la qualité de l’évaluation de la condition à traiter, de la précision de l’ordonnance émise et de la rigueur du suivi de traitement. En effet, puisque le podiatre diagnostique et traite les affections locales du pied et que l’orthèse qu’il prescrit traite et corrige le problème, la prescription qu’il ordonne est très précise.

L’orthésiste est tenu de fabriquer une orthèse conforme aux directives indiquées sur l’ordonnance du podiatre. Par contre, il n’a pas les habiletés à corriger lui-même un problème de pied, puisque, contrairement au podiatre et au médecin, il n’est pas autorisé à poser un diagnostic ou à modifier mécaniquement la position du pied. Ainsi, plus la prescription est précise, plus l’orthésiste peut fabriquer une orthèse répondant aux besoins du patient. L’orthésiste peut uniquement évaluer l’ajustement d’une orthèse, pourvu qu’un podiatre ou un médecin lui en donne l’ordonnance, et non pas la condition du patient.

Source : www.ordredespodiatres.qc.ca/public/des-reponses-a-vos-questions

Le podiatre diagnostique et traite les blessures, difformités, malformations, affections et lésions du pied. Il commande ou fabrique des supports orthopédiques appropriés, administre et prescrit des médicaments, réalise des chirurgies mineures et procède à la rééducation des pieds.
Au Québec, il doit être détenteur d’un doctorat en médecine podiatrique et posséder un permis de pratique délivré par l’Ordre des podiatres du Québec.
L’orthésiste prothésiste conçoit, fabrique, ajuste, répare et entretient les prothèses (membres artificiels) et les appareils orthopédiques (orthèses ou corsets) prescrits par un professionnel de la santé comme un médecin ou un podiatre.
Détenteur d’un diplôme d’études collégiales en techniques d’orthèses et de prothèses orthopédiques, il peut être membre de l’Association des orthésistes, prothésistes et orthésistes du pied ou de l’Ordre des technologues professionnels du Québec, mais rien ne l’y oblige.

Source: Protégez-vous.ca.

Vous ne trouvez pas votre réponse?