FAQ

Le podiatre est un professionnel de la santé habilité à diagnostiquer et à traiter les conditions relatives au pied. Il possède une formation universitaire, soit un doctorat de premier cycle en médecine podiatrique. Certains podiatres détiennent également une résidence en chirurgie podiatrique.

L’orthopédiste est un médecin détenant un doctorat de premier cycle en médecine générale, ainsi qu’une résidence en chirurgie orthopédique. Il prodigue des soins médicaux et chirurgicaux qui traitent les os, les articulations, les ligaments, les muscles, les tendons et les nerfs.

Représenté par l’Association des infirmières et des infirmiers en soins podologiques du Québecl’infirmier(ère) en soins podologiques est un(e) infirmier(ère) ou un(e) infirmière auxiliaire qui détient une formation de 160 heures en soins des pieds. L’infirmier(ère) en soins podologiques ne peut pas traiter de pathologie sans avoir obtenu au préalable un diagnostic d’un podiatre ou d’un médecin. Il(Elle) ne peut pas prescrire de médicaments, à l’exception des médicaments en vente libre. La différence entre l’infirmier(ère) et l’infirmière auxiliaire est que cette dernière doit obtenir une ordonnance du médecin ou du podiatre ou un plan de traitement infirmier pour pouvoir prodiguer des soins de pieds. Plusieurs infirmiers(ères) en soins podologiques travaillent en clinique, auprès de podiatres. Il faut aussi savoir qu’un(e) infirmier(ère) ne peut pas faire de diagnostic.

L’orthésiste a suivi une formation collégiale. Considéré davantage comme un technicien, il fabrique et ajuste les orthèses et prothèses selon l’ordonnance du podiatre (dans le cas des orthèses plantaires) ou du médecin. L’orthésiste ne peut pas vous évaluer, sauf dans le cas de l’ajustement de l’orthèse prescrite.

Il peut néanmoins, à la suite d’une ordonnance, contribuer à l’évaluation d’un patient sous immobilisation dans le cadre du suivi de sa condition. L’orthésiste peut également ajuster ou réparer des orthèses sans ordonnance lorsqu’il s’agit d’adapter une orthèse ou d’en prolonger l’utilisation lorsque l’état physique de la personne n’a pas changé et si les ajustements ou réparations ne modifient pas l’ordonnance originale.

Le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ont reçu une formation axée sur la beauté du corps et l’esthétisme. Certaines écoles offrant ces formations ne sont pas reconnues par les commissions scolaires ou le ministère. Ces formations donnent faussement l’impression qu’elles permettent de prodiguer des soins des pieds. Cette pratique consiste en un exercice illégal de la podiatrie. Légalement, le pédicure et l’hygiéniste en soins des pieds ne peuvent ni diagnostiquer, ni traiter de condition.

Le podologue a reçu une formation qui, au Québec, n’est pas reconnue par la Loi sur la podiatrie et qui n’équivaut pas à celle d’un podiatre. En ce sens, le podologue n’est pas membre de l’Ordre des podiatres du Québec et n’est pas considéré comme un professionnel au sens de la Loi. Ainsi, lorsqu’il effectue des actes réservés aux podiatres, ces actes consistent en un exercice illégal de la podiatrie.

Reçu pour assureur, lorsqu’il s’agit de rembourser les frais pour les soins prodigués à vos pieds, il est important de savoir que l’assureur exigera qu’ils soient exécutés par un podiatre. Toute autre personne qui donne des soins de pieds ne peut qu’émettre des reçus de naturopathie. Si vous présentez de tels reçus à votre assureur, vous courez le risque de voir votre demande de remboursement refusée.

Source:
http://www.ordredespodiatres.qc.ca/public/des-reponses-a-vos-questions/

Le podiatre est un professionnel de la santé régi par le Code des professions du Québec, la Loi sur la podiatrie et le Code de déontologie des podiatres. Il évalue et traite les affections et maladies du pied qui ne sont pas des maladies du système par des moyens médicaux, chimiques, pharmaceutiques, chirurgicaux, mécaniques ou des manipulations.

Le podiatre possède l’expertise et les compétences nécessaires pour déceler toute complication relative au pied et faire la distinction entre une pathologie podiatrique, qu’il peut traiter, et une maladie du système, qui relève plutôt de la compétence du médecin.

En plus d’offrir des conseils sur la santé et l’hygiène des pieds, le podiatre peut prescrire et administrer certains médicaments, exécuter des chirurgies mineures et prescrire, fabriquer ou modifier des orthèses podiatriques.

Pour en savoir davantage sur les affections du pied, consultez la section soins des pieds.

Les catégories d’activités

Il existe quatre grandes catégories d’activités pratiquées par le podiatre :

  • l’examen et le diagnostic podiatrique;
  • la mise en place et la prescription d’un plan de traitement;
  • l’exécution de traitements de nature chirurgicale et orthopédique;
  • la transmission d’informations et le suivi clinique.

Le podiatre peut offrir trois types de traitements :

  • traitements de nature médicale;
  • traitements de nature orthopédique;
  • traitements de nature chirurgicale.

Quelle est la formation requise pour devenir podiatre?

La formation du podiatre, un doctorat en médecine podiatrique, se compare à celle d’un dentiste..

La formation menant au titre de docteur en médecine podiatrique  représente quelque 1 770 heures de formation théorique et plus de 2 300 heures de formation pratique sur une période de quatre ans.

Depuis 2004, l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) offre un programme de doctorat en médecine podiatrique, le premier du genre dans le système universitaire québécois et canadien.

Une entente de collaboration entre l’UQTR et le New York College of Podiatric Medicine fait en sorte que certains cours sont donnés à Trois-Rivières par des professeurs américains et qu’un stage obligatoire de quatre mois est prévu à New York en fin de parcours.

Les deux premières années de formation du podiatre sont de nature théorique et comportent des exercices en laboratoire et des cours de sciences biomédicales, d’anatomie, de physiologie, de microbiologie, de biochimie, de pharmacologie, de pathologie et de biomécanique.

Lors des troisième et quatrième années, les étudiants se concentrent sur une formation clinique qui aborde l’évaluation du patient, les thérapies, les chirurgies, l’anesthésie et les traitements inhérents à la podiatrie

Après ces quatre années universitaires, le podiatre du Québec peut compléter sa formation par une résidence médicale dans les institutions de santé américaines approuvées. Cette résidence interdisciplinaire permet entre autres au podiatre d’effectuer des rotations en anesthésiologie, en médecine interne, en maladies infectieuses, en dermatologie, en chirurgie, en soins d’urgence, en pédiatrie et en soins de plaies. La plus longue est de trois ans et concerne les chirurgies de l’arrière-pied et de la cheville. Pour connaître la liste des podiatres pratiquant la chirurgie osseuse, veuillez communiquer avec l’Ordre au (514) 288-0019 poste 241.

Puisqu’il n’y a pas de place de résidence dans les hôpitaux du Québec pour les étudiants en podiatrie de l’UQTR, les étudiants québécois doivent poursuivre leur formation aux États-Unis pendant trois ans, à leurs frais, pour faire une résidence chirurgicale. Ainsi, le nombre de podiatres qualifiés pour la chirurgie osseuse diminue.

Les étudiants qui ne souhaitent pas faire de chirurgie osseuse peuvent commencer à pratiquer au Québec sans faire de résidence. Tous les podiatres finissants de l’UQTR peuvent pratiquer des chirurgies mineures.

Quelles sont les conditions d’exercice de la podiatrie?

Pour pratiquer la podiatrie, le podiatre doit obligatoirement obtenir un permis délivré par le conseil d’administration de l’Ordre des podiatres du Québec. Il doit également détenir une police d’assurance responsabilité professionnelle et payer sa cotisation annuelle auprès de l’Ordre. La majorité des podiatres détiennent également un permis de radiologie.

En plus d’être régi par la Loi sur la podiatrie, le podiatre, en tant que membre d’un ordre professionnel, est également soumis à l’inspection professionnelle, au Code de déontologie des podiatres, à plusieurs règlements et normes de qualité encadrant sa pratique et au Code des professions du Québec, ce qui n’est pas le cas d’un non professionnel.

Si vous pensez avoir affaire à un non professionnel consultez la section relative à l’exercice illégal ou usurpation de titre.

Source: http://www.ordredespodiatres.qc.ca/public/quest-ce-quun-podiatre/ 

Non, vous n’avez besoin d’aucune référence médicale pour venir consulter.

Puisque le podiatre diagnostique et traite les affections locales du pied et que l’orthèse qu’il prescrit traite et corrige un problème, la prescription qu’il ordonne est très précise.

L’orthésiste est tenu de fabriquer une orthèse conforme aux directives indiquées sur l’ordonnance du podiatre. Par contre, il n’est pas habilité à corriger lui-même un problème de pied, puisque, contrairement au podiatre et au médecin, il n’est pas autorisé à poser un diagnostic ou à modifier mécaniquement la position du pied. Ainsi, plus la prescription est précise, plus l’orthésiste peut fabriquer une orthèse répondant aux besoins du patient. L’orthésiste peut uniquement évaluer l’ajustement d’une orthèse, pourvu qu’un podiatre ou un médecin lui en donne l’ordonnance. L’orthésiste peut cependant ajuster ou réparer des orthèses sans ordonnance lorsqu’il s’agit d’adapter une orthèse ou d’en prolonger l’utilisation lorsque l’état physique de la personne n’a pas changé et si les ajustements ou réparations ne modifient pas l’ordonnance originale.

De plus, l’orthésiste ne peut pas évaluer la condition du patient. Il peut néanmoins, à la suite d’une ordonnance, contribuer à l’évaluation d’un patient sous immobilisation dans le cadre du suivi de sa condition.

Source : www.ordredespodiatres.qc.ca/public/des-reponses-a-vos-questions

Le podiatre diagnostique et traite les blessures, difformités, malformations, affections et lésions du pied. Il commande ou fabrique des supports orthopédiques appropriés, administre et prescrit des médicaments, réalise des chirurgies mineures et procède à la rééducation des pieds.

Au Québec, il doit être détenteur d’un doctorat en médecine podiatrique et posséder un permis de pratique délivré par l’Ordre des podiatres du Québec.
L’orthésiste prothésiste conçoit, fabrique, ajuste, répare et entretient les prothèses (membres artificiels) et les appareils orthopédiques (orthèses ou corsets) prescrits par un professionnel de la santé comme un médecin ou un podiatre.

Détenteur d’un diplôme d’études collégiales en techniques d’orthèses et de prothèses orthopédiques, il peut être membre de l’Association des orthésistes, prothésistes et orthésistes du pied ou de l’Ordre des technologues professionnels du Québec, mais rien ne l’y oblige.

 

Source: Protégez-vous.ca.

Vous ne trouvez pas votre réponse?