Le pied d’athlète (tinea pedis)

Le pied d’athlète (tinea pedis)

Le pied d’athlète est une infection dermatologique attribuable aux  champignons de type trichophyton. Cette mycose du pied se déclare principalement entre les orteils là où l’humidité a tendance à s’accumuler.

Très contagieux, le champignon responsable du pied d’athlète abonde dans les lieux comme les vestiaires ou les piscines publiques.

Le pied d’athlète est coriace et a tendance à réapparaître. Si non traité, celui-ci peut s’étendre à la plante du pied et mener à des complications par une infection bactérienne.

À un stade avancé, il peut s’étendre aux ongles en les faisant durcir et décolorer. Plus rarement, le pied d’athlète provoque de la douleur ailleurs sur le corps, à l’aine ou aux mains par exemple.

Voyons les façons d’identifier cette pathologie et les comportements à adopter pour la prévenir.

Symptômes du pied d’athlète

Infection d’abord superficielle, le pied d’athlète se manifeste surtout dans la région des orteils. Même si les manifestations du tinea pedis sont plus souvent inconfortables que douloureuses, elles ne doivent jamais être ignorées.

Les symptômes suivants peuvent signaler une infection de type pied d’athlète:

  • Démangeaisons entre les orteils
  • Rougeurs
  • Odeurs nauséabondes persistantes
  • Desquamation (peau qui fendille et pèle)
  • Apparition de cloques
  • Épaississement de la peau de la plante des pieds

Dans les cas plus graves, l’infection s’étend à la plante du pied. Elle provoque aussi l’apparition de fissures qui favorisent les infections bactériennes.

Les personnes plus à risque de contracter des infections bactériennes d’origine plantaire sont :

  • Les personnes âgées
  • Les gens souffrant déjà d’un trouble immunodéficitaire comme le VIH
  • Les individus souffrant d’inflammations hépatiques
  • Les personnes qui subissent des traitements de chimiothérapie
  • Les personnes diabétiques : une déficience dans l’apport sanguin et le taux de sucre plus élevé diminuent les capacités de défense de l’organisme

Causes et facteurs de risque liés au pied d’athlète

Comme toutes les dermatophytoses, le pied d’athlète est provoqué par un champignon. Puisque les moisissures prolifèrent en milieu humide, les pieds des sportifs sont particulièrement à risque (d’où l’appellation “pied d’athlète”). Toutefois, cette infection plantaire est très contagieuse. Elle peut donc se développer chez une grande variété de personnes.

Le pied d’athlète se manifeste généralement en réponse aux facteurs suivants :

  • La transpiration excessive des pieds
  • Une accumulation de l’humidité entre les orteils
  • Le port de chaussures trop étroites ou mal aérées
  • Une mauvaise hygiène des pieds
  • Une circulation pieds nus dans un endroit contaminé (piscine publique, sauna, vestiaires ou douches partagées)
  • Le partage d’effets personnels contaminés comme des bas ou une serviette de bain

Prévention du pied d’athlète

Contrairement à certaines infections du pied, le pied d’athlète est facile à traiter. D’un autre côté, l’absence de traitement peut occasionner des problèmes plus complexes à guérir. La mycose des ongles est entre autres une des pathologies qui survient en cas de négligence.

Le pied d’athlète est aussi une infection contagieuse. L’individu infecté doit donc prendre ses précautions pour éviter de contaminer d’autres personnes.

En règle générale, les mesures préventives suivantes permettent d’éviter la contamination et la propagation de la mycose du pied :

  • Porter des sandales de bain surtout dans les endroits humides où beaucoup de gens circulent comme la piscine, le sauna ou les vestiaires.
  • Éviter les chaussures trop serrées qui respirent peu et emprisonnent l’humidité. Elles sont davantage propices à la prolifération des moisissures.
  • Utiliser des bas en coton ou en laine en opposition aux matières synthétiques. Celles-ci sont à proscrire car elles ont tendance à conserver l’humidité.
  • Se laver les pieds quotidiennement avec du savon et de l’eau.
  • Sécher adéquatement le pied et l’espace entre les orteils avec une serviette propre et laisser sécher à l’air.
  • Éviter de porter la même paire de chaussures à répétition ou pendant une longue période
  • Privilégier les souliers ouverts par temps humide.
  • Ne pas utiliser l’équipement sportif, les souliers ou les bas d’une autre personne.

Vous l’aurez compris, vos pieds doivent respirer ! Si toutefois ces mesures ne sont pas suffisantes, le podiatre est en mesure d’établir un diagnostic et de vous prescrire un traitement approprié.

Vaincre le pied d’athlète

Le pied d’athlète est généralement facile à identifier et à traiter. Les crèmes, aérosols ou poudres disponibles en pharmacie sont habituellement efficaces pour freiner sa propagation.

Néanmoins, si l’infection provoque une douleur intense ou si elle se répand d’une manière incontrôlable, des solutions médicamenteuses sont envisageables.

Lors d’une consultation avec un podiatre, celui-ci établit un diagnostic précis. D’ordinaire, une simple inspection visuelle est suffisante. Sinon, il peut parfois être amené à faire un prélèvement par grattage cutané.

Par la suite, celui-ci sera en mesure de vous proposer différents médicaments antimycosiques administrés par voie orale ou topique.

Dans l’éventualité d’une atteinte à l’ongle, le podiatre peut aussi suggérer un traitement au laser afin d’éliminer le champignon qui se retrouve en dessous.

Le pied d’athlète a une forte tendance à ressurgir spontanément. Si tel est le cas, il est important de demander l’aide d’un professionnel de la santé. Il sera disposé à vous soulager efficacement pour vous permettre de reprendre vos activités sans douleur.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie