Fracture du talon (calcanéum)

Fracture du talon (calcanéum)

La fracture de l’os du talon, aussi appelé calcanéum, ne compte que pour 1 à 2 % des fractures recensées. Pourtant, contrairement à d’autres traumatismes courants, la fracture du talon peut avoir des conséquences importantes en l’absence de traitement.

Le calcanéum (ou calcanéus) est, avec l’astragale, l’os qui forme l’arrière du pied. Ensemble, ces deux os supportent le poids du corps. 

Le calcanéum est aussi l’os qui se retrouve le plus près du sol. Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que cet os de quelques centimètres a la capacité de soutenir une charge extrêmement lourde.

Toutefois, lorsqu’un choc soudain et puissant survient, la position du calcanéum le rend aussi très vulnérable.

La nature rare de la fracture au talon la rend particulièrement difficile à détecter. Ce qui s’accorde mal avec la gravité des complications possibles à long terme comme l’arthrose.

Pour être en mesure de la traiter rapidement, il convient de savoir reconnaître une fracture au talon. 

Symptômes et complications d’une fracture au talon

En apparence, la fracture du talon ressemble à beaucoup d’autres fractures conventionnelles. 

Elle manifeste entre autres des symptômes comme :

  • Une sensibilité accrue au pied atteint
  • L’incapacité de supporter du poids ou de la pression
  • Une douleur vive 
  • Une enflure considérable du pied et de la cheville
  • La présence d’un hématome

Contrairement à une fracture ordinaire, la fracture du talon doit subir une force considérable pour survenir. Ainsi, il est possible qu’elle soit accompagnée de fractures au genou ou à la colonne vertébrale.

La proximité de l’os du talon au réseau articulaire complexe du pied peut également engendrer des problèmes supplémentaires et des complications.

Ces signes se traduisent par :

  • Une rupture du cartilage
  • Une incapacité de mouvement de l’articulation
  • Une atteinte au flux sanguin
  • Un syndrome des loges (compartimental)

À plus long terme, une fracture au talon qui n’est pas soignée peut engendrer des problèmes articulaires comme l’arthrose. 

Si l’enflure réduit trop longtemps l’irrigation sanguine du pied, des dommages aux tissus et même la mort de ceux-ci sont envisageables.

Causes et facteurs de risque

En règle générale, il faut un choc considérable pour provoquer une fracture au talon. C’est pourquoi ce sont majoritairement les chutes qui sont à l’origine de ce traumatisme.

Toutefois, d’autres évènements occasionnent des bris au calcanéum :

  • Un accident de la route
  • La pratique répétée d’un sport (fracture de stress)

Certaines maladies comme le diabète et l’ostéoporose sont quant à elles des facteurs de risque.

Prévenir une fracture du talon

Puisqu’une fracture du talon survient généralement à la suite d’un choc violent, elle semble résolument difficile à prévenir. 

Pourtant, plusieurs dispositions préventives permettent d’en réduire l’incidence :

  • Le maintien d’un poids santé
  • L’adoption d’un régime alimentaire équilibré, riche en calcium et en vitamine D
  • L’accroissement progressif de la pratique d’une activité sportive
  • S’échauffer et s’étirer correctement avant et après l’activité physique
  • Le port de chaussures adaptées à la morphologie et au type d’effort effectué
  • Consulter un podiatre s’il y a présence d’une anomalie de la voûte plantaire comme un pied plat ou un pied creux

Une fracture du talon est loin d’être un traumatisme osseux ordinaire. Elle peut mener à de graves complications si elle n’est pas prise en charge.

Si un choc brutal survient et que vous soupçonnez une fracture du talon, les mesures suivantes sont à considérer :

  • Éviter de s’appuyer sur la blessure
  • Apposer du froid sur la zone affectée pour réduire l’enflure
  • Consulter un professionnel de la santé dans les plus brefs délais

Guérir d’une fracture au talon

Le traitement d’une fracture au calcanéum est parfois complexe à mettre en oeuvre. 

Dans tous les cas, un diagnostic précis doit être fait pour mesurer l’ampleur des dégâts et déterminer la cause du problème.

L’évaluation de la fracture passe généralement par :

Dans l’éventualité où la fracture n’affecte pas l’articulation, les mesures thérapeutiques suivantes peuvent être envisagées : 

  • La compression ou l’immobilisation du pied à l’aide d’une attelle ou d’un plâtre
  • Une kinésithérapie suivant le retrait du plâtre et l’immobilisation
  • Des orthèses plantaires sur mesure pour favoriser une guérison plus rapide

Si la fracture du talon a engendré un déplacement des fragments d’os ou atteint les articulations avoisinantes, des traitements plus radicaux peuvent être considérés. 

Ces traitements s’orientent généralement vers la chirurgie orthopédique à l’hôpital.

Suite à une chirurgie de cette ampleur, la guérison complète est très souvent longue de plusieurs mois. Elle peut aussi nécessiter le port d’une botte de protection et l’utilisation d’une canne pour soulager au maximum le pied. 

Le traitement d’une fracture au talon est ardu et délicat. D’autant plus qu’une blessure de cette nature peut avoir des conséquences sur la qualité de vie de celui qui en souffre.Il est donc important de consulter un podiatre ou un professionnel de la santé dès l’apparition des symptômes liés.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie