Chirurgie du névrome de Morton

La chirurgie du névrome de Morton

Le névrome de Morton est souvent douloureux et handicapant pour votre quotidien. Donnez-vous les moyens de vous en débarrasser grâce à la chirurgie et découvrez d’autres traitements pouvant soulager cette désagréable condition.

Qu’est-ce qu’un névrome de Morton ?

Le névrome de Morton est un problème causé par un épaississement des nerfs situés entre les orteils (plus particulièrement entre le 3e et le 4e), à la suite d’une compression ou d’un frottement continu de ceux-ci. Le nerf devient alors irrité et une l’inflammation finit par se produire.

Le nerf se met donc à épaissir jusqu’à créer une boule douloureuse pouvant causer des engourdissements, des brûlures ou une sensation de petites décharges électriques dans les orteils et l’avant-pied.

Les attentes du patient

Le podiatre chirurgien doit bien cibler les attentes du patient sur la procédure à venir. Il est cependant important pour le patient de comprendre que dans certaines situations, il ne pourra pas toujours retrouver 100 % des fonctions de son nerf de pied.

Une chirurgie du névrome de Morton peut parfois causer un engourdissement permanent des orteils. Dans la plupart des cas, cette sensation s’atténue avec le temps.

La priorité numéro 1 du chirurgien lors de l’opération est de soulager la douleur.

À quel moment un patient devrait décider de se diriger vers la chirurgie du névrome de Morton ?

Si vous n’arrivez plus à vous chausser, à marcher ou à faire des activités sportives à cause de votre névrome, vous devez absolument consulter. Une chirurgie sera souvent nécessaire si les autres traitements conservateurs avec un podiatre ont échoué.

Comment bien choisir son chirurgien du pied ?

Voici les qualités générales d’un bon chirurgien podiatre :  

Il est expérimenté et reconnu

Assurez-vous de connaître le parcours de votre chirurgien. Il doit pouvoir démontrer son expérience et  son savoir-faire. Surveillez également les mentions reçues par votre professionnel et voyez s’il a de l’expérience en milieu hospitalier.

Il effectue une prise en charge chirurgicale personnalisée :

Il faut s’assurer que le plan de traitement corresponde bien à votre situation. Le professionnel que vous choisissez doit pouvoir effectuer des procédures complexes si votre cas le nécessite. Il doit donc en connaître une panoplie.

Il doit être humain dans son approche

Le lien de confiance entre vous et votre chirurgien doit être fort. Votre professionnel du pied doit faire preuve de respect et de compassion à votre égard. Il doit être à votre écoute et vous guider dans toutes les étapes de votre chirurgie.

Il doit être disponible

Choisissez un chirurgien disponible et présent pour vous. Si vous nécessitez des soins particuliers, il sera très important qu’il soit rapidement présent pour vous épauler.

PiedRéseau permet un accès rapide à une clinique près de chez vous. Vous serez rapidement pris en charge et serez guidé dans toutes les étapes.

Comment évaluer si un patient nécessite une chirurgie du névrome de Morton ?

Vos cliniques PiedRéseau peuvent vous évaluer partout au Québec. Le podiatre local peut ensuite prendre contact avec un podiatre chirurgien pour faire un suivi de votre situation. Vous obtiendrez toute l’information nécessaire pour prendre une bonne décision pour traiter le névrome de Morton.

Un plan chirurgical personnalisé vous sera présenté et vous serez libre de l’approuver par la suite.  

L’histoire du patient est très importante

Avec l’histoire de votre pathologie, un podiatre peut déterminer les raisons pour lesquelles le névrome de Morton est apparu dans votre pied.

La morphologie du pied ou le type de chaussures portées font partie des principaux facteurs qui peuvent déterminer comment le névrome s’est développé.

Les essais des traitements conservateurs au préalable

Avant de procéder à une chirurgie du névrome de Morton, il est très important d’identifier ce que vous avez déjà fait ou ce qui peut être fait pour vous traiter, notamment :

  • Le port de chaussures adéquates et larges
  • Le port d’orthèses plantaires bien ajustées
  • Les modalités de thérapie physique, comme les massages, les ultrasons ou les lasers
  • L’application de glace et la prise d’anti-inflammatoires
  • L’injection de cortisone

Cependant, il peut arriver que la situation du patient soit tellement avancée qu’il faut oublier les traitements conservateurs et procéder à une chirurgie du névrome de Morton.

L’examen clinique

L’examen clinique permet d’évaluer si vous êtes un candidat à la chirurgie du névrome de Morton. Dans cette portion de l’examen, le chirurgien identifie votre historique chirurgical, vos antécédents de santé, votre médication ainsi que vos allergies.

De plus, une évaluation vasculaire de vos pieds sera effectuée afin d’assurer une guérison optimale.

L’évaluation radiographique, échographique et l’IRM de votre pied

Généralement, l’évaluation de votre pied se divise en 3 étapes :

La radiographie : Une radiographie de vos os sera effectuée afin d’établir le plan chirurgical et s’assurer qu’il n’y ait pas de pathologie osseuse liée à votre névrome.

L’échographie : L’échographie est un examen effectué en clinique podiatrique ou en clinique radiologique. Il s’agit d’une étape importante pour effectuer le meilleur diagnostic de votre névrome.

D’autres conditions du pied sont similaires au névrome de Morton. Un diagnostic par imagerie permet de détecter clairement le mal qui ronge votre pied. Par la suite, une injection de cortisone peut être pratiquée, avec ou sans échographie, afin de soulager le névrome.

La résonance magnétique (IRM) : La résonance magnétique est incontournable pour mesurer précisément le névrome de Morton. On peut ainsi connaître son aspect, sa disposition ou sa détérioration.

De plus, l’IRM permet de bien préparer le protocole opératoire et vérifier que rien n’ait été oublié.

Pourquoi opter pour une chirurgie effectuée par un podiatre ?

Il existe de nombreuses raisons pour le faire :

  • Le podiatre possède une connaissance approfondie du pied et de son fonctionnement.
  • Il connaît les déformations possibles du pied et sait comment les traiter.
  • Il sait effectuer des interventions spécialisées du pied.
  • Il assure la prise en charge complète du pied.
  • Il permet à votre pied de retrouver rapidement son autonomie maximale.

N’oubliez pas que le suivi rapproché du patient après l’opération est directement tributaire du succès d’une chirurgie du névrome sur le long terme.

Les procédures afin de retirer votre névrome de Morton

Voici les différentes manières de procéder :

La procédure d’approche plantaire (en dessous du pied)

Cette approche permet d’accéder directement au névrome sous le pied pour l’extraire avec une excision. Les risques de récidive d’une telle opération sont faibles.

Il est déconseillé d’opter pour cette solution si vous avez tendance à mal cicatriser ou si vous avez beaucoup de corne sous le pied.

Notez bien que cette procédure ne permet pas de marcher sur votre pied pour une période de 21 à 28 jours.

La procédure d’approche dorsale (dessus du pied)

La procédure d’approche dorsale donne d’excellents résultats, mais peut affecter davantage les tissus situés entre les os de votre pied. Il s’agit d’une pratique courante qui minimise le risque de cicatrices plantaires douloureuses.

La procédure entre les orteils

La procédure entre les orteils élimine totalement le risque de cicatrice plantaire. De plus, elle diminue le stress des structures entre les os de l’avant-pied.

Toutefois, le chirurgien peut éprouver plus de difficulté à accéder au névrome en pratiquant ce type d’opération. Le risque de récidive est également plus élevé.

Puisqu’aucune procédure n’est parfaite, il est important de bien discuter avec le podiatre chirurgien de votre condition et de vos attentes. Ainsi, vous pourrez subir la procédure la plus adéquate à votre situation.

Les étapes chronologiques de la chirurgie du névrome de Morton

Ces 4 étapes, à suivre dans l’ordre, permettent à votre podiatre de vous guérir efficacement :

L’évaluation pré-chirurgicale

Cette étape peut être réalisée plusieurs semaines avant la procédure. Un plan de traitement vous sera présenté et vous aurez le temps de faire un choix en toute connaissance de cause.

La préparation chirurgicale

La préparation chirurgicale se déroule quelques semaines avant la chirurgie :

  • Vous devez obtenir l’autorisation médicale de votre médecin pour effectuer une chirurgie ambulatoire. Un bilan sanguin et une prescription d’antibiotiques pré-opératoires peuvent être nécessaires.
  • Parfois, certains patients nécessitent un bilan sanguin et une prescription d’antibiotiques pré-opératoires.
  • Vous devez prévoir une période de convalescence après la chirurgie.
  • Une personne doit vous accompagner et veiller sur vous pour une période de 24 à 48 heures après l’opération.
  • Votre pied doit être bien nettoyé.
  • Plus rarement, un jeûne de 12 heures doit être effectué.

Dans la majorité des cas, ces procédures se déroulent sans anesthésie générale et sans sédation intraveineuse.

Le jour de la chirurgie

Pour que tout se déroule comme prévu, voici ce qui doit être fait :

  • Si nécessaire, vous devrez prendre votre médication pré-chirurgie 2 heures avant l’opération, ou selon les indications de votre podiatre.
  • Il y aura une période de préparation chirurgicale à la clinique. Vous serez installé confortablement et pris en charge pour la suite.

Habituellement, les interventions du pied s’effectuent avec une anesthésie locale et une sédation par anxiolytiques.

Le retour à la maison

Pour bien guérir, il convient de connaître certaines informations importantes après votre opération :

  • L’anesthésie durera plusieurs heures. Une médication anti-douleur vous sera prescrite et vous devrez la débuter durant votre anesthésie pour prévenir la douleur.
  • Vous retournerez à la maison le jour même de votre intervention avec votre accompagnateur.
  • Autant que possible, laissez votre jambe surélevée et mettez-y de la glace.
  • Gardez toujours votre pied au sec.

Surtout, à moins d’un avis contraire du chirurgien, ne touchez jamais à votre pansement!

Les visites de suivi et les soins à la maison

Chaque procédure nécessite des soins particuliers à domicile. Suivez le plan de soin personnalisé qui vous sera remis par l’équipe qui vous traitera. Un rendez-vous de suivi sera également pris, entre 3 et 7 jours après l’opération.

Les points de suture seront en place entre 2 et 4 semaines, selon les cas.

Quelle est la convalescence d’une chirurgie de névrome de Morton ?

Chaque situation diffère, mais il faut généralement compter quelques semaines, voire quelques mois, avant d’être totalement rétabli.

Certaines chirurgies plantaires plus poussées peuvent nécessiter des béquilles pour 4 semaines. Les points de suture peuvent également durer plus longtemps dans certains cas.

Les orthèses plantaires post-opératoire

Le névrome de Morton se développe souvent sur des pieds présentant des lacunes biomécaniques. Le port d’orthèses plantaires est suggéré pour y remédier.

Les orthèses permettent aussi de prévenir votre autre pied de développer les même problématiques.

Quand pourrai-je recommencer mes activités quotidiennes ?

Tout dépend du type d’activité pratiquée. Par exemple, si vous avez tendance à faire du sport à fort impact, vous devrez attendre plus longtemps. Votre podiatre saura vous indiquer le temps prévu pour vous rétablir entièrement.

Suivez toujours les recommandations de votre spécialiste du pied

Pour guérir un névrome de Morton, vous devez suivre à la lettre les instructions de votre podiatre. La qualité de votre guérison aura un grand impact sur votre futur (et sur le soulagement de vos douleurs), il faut donc y attacher beaucoup d’importance.

Les complications potentielles biomécaniques et les cas particuliers

La formation du podiatre permet de reconnaître et de prévenir les complications biomécaniques potentielles d’une intervention. Le podiatre empêche donc certaines nouvelles pathologies, comme des capsulites ou des cors de pression, de se développer.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie