Arthrose du gros orteil (Hallux rigidus)

Arthrose du gros orteil (Hallux rigidus)

En partie due à une maladie dégénérative, l’arthrose du gros orteil cause un durcissement articulaire et une perte graduelle de la mobilité potentiellement très incommodante.

L’arthrose est la forme la plus répandue d’atteinte articulaire. Dans le cas de l’hallux rigidus, elle affecte l’articulation métatarso-phalangienne du gros orteil.

À la longue, si l’arthrose du gros orteil n’est pas adressée, l’avant du pied perd sa mobilité et se fige. 

Cette condition peut mener à de la douleur et une déformation qui gênent le chaussage.

Comme toutes les pathologies du pied, l’arthrose du gros orteil est plus facile à traiter lorsque détectée tôt. 

Voyez quels sont les signes avant-coureurs et les pratiques à adopter pour tenir l’hallux rigidus à l’écart.

Symptômes

Les suites d’une complication de l’hallux rigidus sont parfois si sévères que la chirurgie est nécessaire. 

Voilà donc tout l’intérêt de détecter les symptômes propres à l’arthrose du gros orteil.

Les signes suivants sont susceptibles de souligner la présence d’un hallux rigidus :

  • Des déformations articulaires : À la manière de l’hallux valgus (oignon de pied), l’arthrose du gros orteil ignorée finit par engendrer une excroissance osseuse. Cet ostéophyte rend certains gestes douloureux.
  • Une rigidité articulaire progressive : Complémentaire aux déformations articulaires, la raideur articulaire du gros orteil empire avec l’absence de traitement. Elle peut même aller jusqu’à empêcher complètement les mouvements de cette région du pied.
  • Des douleurs localisées au gros orteil atteint : Résultat des déformations et de la raideur articulaire provoquée par l’hallux rigidus, la douleur occasionnée s’accentue avec le temps.
  • La marche en supination : L’immobilité du gros orteil et la douleur entraînent une démarche sur l’extérieur du pied. 

Si l’un ou plusieurs de ces symptômes se déclarent, il est important d’intervenir le plus tôt possible pour éviter de s’exposer à des complications irréversibles.

Causes et facteurs de risque

L’arthrose du gros orteil est causée par l’usure du cartilage qui protège les os de l’articulation métatarso-phalangienne. 

Le cartilage n’étant plus aussi efficace, l’os se retrouve exposé, ce qui engendre un frottement lorsque l’articulation est sollicitée.

Même si beaucoup de gens s’exposent à l’arthrose du gros orteil, certains comportements ou pathologies peuvent contribuer à son apparition :

  • Un pied de type “égyptien”ou un pied plat
  • La pratique d’un sport qui entraîne des traumatismes répétés aux orteils : On peut par exemple penser au ballet, au tennis ou à la course à pied.
  • Un âge avancé : L’arthrose qui n’est pas due à une usure sportive fait souvent son apparition chez les personnes plus âgées.
  • L’hérédité : Les antécédents familiaux peuvent jouer un rôle dans l’apparition de l’arthrose.
  • L’embonpoint : La pression élevée sur les articulations est favorable à l’émergence d’un hallux rigidus.
  • Une blessure mal guérie : Une blessure d’origine sportive ou accidentelle qui est mal prise en charge peut favoriser les déformations du pied.
  • Des chaussures trop étroites : Ce type de chaussures emprisonne le pied et constitue un facteur aggravant au même titre que les souliers à talons hauts.

Outre les facteurs physiologiques, des maladies comme la polyarthrite rhumatoïde et la goutte peuvent aussi provoquer l’apparition d’un hallux rigidus.

Prévenir l’arthrose du gros orteil

Suivant l’apparition des symptômes de l’arthrose du gros orteil, il est conseillé de faire appel à un podiatre pour obtenir un diagnostic et un traitement ciblé.

Toutefois, certaines mesures préventives sont à la portée de tous :

  • Adapter ses chaussures, en évitant que celles-ci soient trop étroites ou qu’elles ne supportent pas suffisamment le pied.
  • Limiter la pratique de sports qui surtaxent les articulations comme la course, la danse, le ski ou le football.
  • Maintenir un poids santé et ainsi réduire la charge infligée aux articulations.
  • Éviter de porter régulièrement des souliers à talons hauts, qui restreignent les orteils et encouragent l’apparition des déformations.
  • Opter pour des activités physiques à faible impact comme la natation ou le vélo.

Traitements et approches thérapeutiques

Une douleur vive qui affecte votre quotidien ne devrait jamais passer sous silence. L’arthrose du gros orteil au stade avancé inflige une douleur semblable pendant ou après le mouvement.

Si c’est le cas, une consultation en clinique avec un podiatre est importante.

Afin de préciser davantage son diagnostic, celui-ci peut faire appel à la radiographie numérique pour mesurer l’étendue des dommages.

Par la suite, le podiatre recommande un traitement personnalisé en fonction de l’atteinte au pied :

Dans les cas plus graves, le podiatre oriente son approche vers les traitements plus invasifs comme la chirurgie.

Le plus souvent, les chirurgies liées à l’hallux rigidus sont les suivantes :

  • L’arthrodèse métatarso-phalangienne: un blocage définitif de l’articulation défectueuse qui vise à redonner de la mobilité au pied
  • L’ostéotomie de décompression : nécessite l’ablation d’un bout d’os afin de corriger l’axe de l’orteil atteint.

Les chirurgies sont cependant des gestes de dernier recours. Une prise en charge rapide par un podiatre peut contribuer à réduire les possibilités d’en arriver au traitement chirurgical.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie