Différencier et traiter la verrue vulgaire et plantaire

Toutes deux liées au virus du papillome humain (VPH), la verrue vulgaire et la verrue plantaire se déclarent cependant dans des zones différentes.

La première apparaît plus souvent dans des endroits visibles tandis que la seconde se fait plus discrète, poussant généralement sous la plante du pied.

Mais, outre leurs emplacements, y a-t-il de réelles différences entre ces deux types de verrues ? Et si oui, est-ce qu’elles nécessitent les mêmes traitements ?

Afin d’y répondre, nous vous proposons un survol détaillé de la verrue vulgaire et la verrue plantaire.

 

La fréquence d’apparition de la verrue vulgaire et plantaire

 

Le virus qui cause l’apparition des verrues est contagieux.

Malgré tout, pour se propager et proliférer, celui-ci a besoin d’une lésion.

Il n’est donc pas surprenant d’apprendre que les verrues vulgaires, qui émergent sur les mains, les coudes et les genoux, sont les plus fréquentes.

Un peu moins répandues, les verrues plantaires sont néanmoins monnaie courante chez les enfants et les adolescents, particulièrement ceux qui fréquentent les piscines publiques.

 

Des verrues aux allures bien différentes

 

Bien que rarement douloureuse, la verrue vulgaire est pourtant assez déplaisante à regarder.

On peut la reconnaître en identifiant les caractéristiques suivantes :

  • Elle est rugueuse au toucher
  • Elle est soit d’une couleur similaire à celle de la peau, soit plus grisâtre
  • Généralement, elle est unique
  • Sa taille est variable, mais elle ne mesure souvent pas plus que quelques millimètres de diamètre

Pour sa part, la verrue plantaire peut apparaître sous deux formes : la myrmécie et la verrue en mosaïque.

La myrmécie est une verrue plantaire unique et dispose des attributs suivants :

  • Apparaît seule
  • Plutôt profonde
  • Encerclée d’un anneau de corne
  • De petits points noirs (vaisseaux sanguins) s’y profilent
  • Douloureuse pendant la marche
  • Peut parfois saigner

Comme son nom l’indique, la verrue plantaire en mosaïque n’est pas unique et se présente sous forme de verrues multiples.

On peut aussi la reconnaître selon ces particularités :

  • Émerge sur une couche plus superficielle de la peau
  • S’étend sur une surface large
  • Peu ou pas douloureuse

 

Les verrues vulgaires et plantaires sont-elles dangereuses ?

 

Il est généralement admis que la verrue en tant que telle n’est pas dangereuse.

Par contre, si elle correspond à ces éléments, elle pourrait nécessiter l’intervention d’un professionnel :

  • La verrue est résistante aux traitements maison et revient fréquemment
  • Des rougeurs s’y déclarent
  • La verrue se propage à d’autres zones du corps
  • Dans le cas d’une verrue plantaire, elle s’étend sous les ongles d’orteils

Il est aussi tout à fait légitime de consulter un podiatre si vous craignez de contaminer vos proches ou pour écarter la possibilité d’une tumeur maligne (bien que cette situation soit rare).

 

Les complications associées à la verrue vulgaire et plantaire

 

Étant donné son emplacement, les complications d’une verrue plantaire sont d’ordinaire plus problématiques que celles d’une verrue vulgaire.

Les dangers liés à la verrue plantaire résident surtout dans la possibilité d’une plaie ouverte exposée à un véritable cocktail bactérien.

Lorsque cela se produit, on observe l’apparition de pathologies comme :

Évidemment, de telles pathologies ne surviennent que très rarement, mais certaines personnes y sont tout de même plus vulnérables :

  • Les gens atteints du diabète
  • Les personnes âgées
  • Ceux qui souffrent de sudation excessive ou d’une sécheresse cutanée 

 

Peut-on traiter la verrue vulgaire comme la verrue plantaire ?

 

De manière générale, la verrue vulgaire et la verrue plantaire répondent aux traitements maison.

Sinon, pour les verrues plantaires récalcitrantes, les soins ci-dessous sont disponibles en clinique podiatrique :

  • L’injection de Bléomycine
  • Le traitement au laser
  • Le traitement à l’azote
  • Le soin au Canthacur

 

Une verrue plantaire refuse d’abdiquer ? Consultez un podiatre !

 

Si la verrue vulgaire est facile à repérer, ce n’est pas toujours le cas pour la verrue plantaire.

Il est donc important de vérifier régulièrement la plante de vos pieds, surtout si vous fréquentez la piscine municipale. 

Advenant l’apparition d’une verrue plantaire résistante, pensez à contacter votre podiatre.

 

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie