Le pied bot

Le pied bot

Anomalie plantaire de l’enfant, le pied bot est soit une malformation congénitale, soit une déformation acquise au cours du développement prénatal.

Même s’il est d’ordinaire très bien soigné, le pied bot dit idiopathique influe directement sur les structures du pied. Il est donc susceptible de réapparaître périodiquement.

C’est pourquoi il convient de surveiller attentivement les symptômes d’une récidive comme une pronation exagérée, des problèmes de posture, voire même des troubles de l’apprentissage de la marche.

Vous trouverez ci-dessous toutes les informations dont vous avez besoin pour mieux connaître le pied bot.

Types de pied bot et conditions similaires

On identifie normalement deux formes distinctes de pied bot : le pied bot idiopathique et le pied bot de position.

Le pied bot idiopathique est une véritable malformation congénitale du pied qui affecte les structures musculo-squelettiques adjointes, il a parfois de fortes composantes héréditaires.

Pour sa part, le pied bot de position n’est pas véritablement déformé. Il est dû au maintien du pied de l’enfant dans une position inhabituelle lors de son développement dans le ventre de sa mère.

Les caractéristiques d’un pied bot idiopathique peuvent parfois s’apparenter à celles d’autres déformations du pied de l’enfant, dont :

  • Le pied varus;
  • Le métatarsus adductus.

Il est probable que certains symptômes reviennent d’une condition à une autre.Voilà pourquoi il est important de faire des vérifications auprès du podiatre ou du médecin traitant afin qu’il écarte d’autres diagnostics éventuels.

Les symptômes d’un pied bot

À la naissance, le pied bot ne cause pas de douleur chez l’enfant.

Cependant, s’il n’est pas traité correctement, celui-ci peut engendrer des troubles locomoteurs, des difficultés à apprendre la marche et, éventuellement, devenir douloureux pendant et après la croissance.

Avant d’être traité, le pied bot idiopathique affiche des symptômes comme :

  • Un pied qui semble plus difforme que le pied normal d’un nouveau-né;
  • Un tendon d’Achille resserré ou plus court;
  • Un avant-pied tourné vers l’intérieur;
  • Des orteils orientés vers le bas;
  • Un pied qui repose sur son bord externe;
  • Une rigidité accrue du pied.

Diagnostiquer un pied bot

Normalement, par une échographie, il est possible pour un médecin de détecter la présence d’un pied bot dès le 2e mois de grossesse.

Après la naissance de l’enfant, si un doute persiste quant à la nature de la déformation du pied, le podiatre peut éclaircir la situation à l’aide d’autres examens.

Il met alors à contribution des tests comme l’examen biomécanique. Cette méthode diagnostique sert à la fois à ausculter fonctionnellement et visuellement le pied ainsi qu’à déterminer sa flexibilité.

Causes et facteurs aggravants

La cause principale du pied bot est encore mal connue.

Cependant, certains enfants sont plus à risque d’en souffrir que d’autres.

Les facteurs suivants augmentent les risques de voir un ou des pieds bots se déclarer :

    • Le sexe : les garçons sont deux fois plus enclins à souffrir d’un pied bot.
    • L’hérédité : si un membre de la famille proche a déjà eu un pied bot, le nouveau-né risque de s’y exposer davantage.
  • Le tabagisme : on soupçonne que la proportion de pieds bots est plus élevée chez les enfants dont les mères fumaient pendant la grossesse. 
  • Une condition médicale tierce : le spina-bifida et le syndrome de Larsen sont tous deux des troubles qui peuvent déformer les pieds de façon semblable. Cependant, on ne considère pas ce pied bot comme étant idiopathique.

Prévenir le pied bot

Comme le pied bot se développe avant la naissance de l’enfant, il est pratiquement impossible de prévenir son apparition.

Outre la surveillance rapprochée de l’évolution du pied et de la croissance de l’enfant, il n’existe donc pas de mesures préventives contre le pied bot.

Les traitements pour remédier au pied bot

Le pied bot étant une déformation présente à la naissance, les méthodes pour le soigner combinent la chirurgie et le port de différents dispositifs orthopédiques.

Dans tous les cas, ce problème plantaire doit être traité dès les premières semaines de vie de l’enfant et nécessite l’apport de plusieurs professionnels de la santé.

Généralement, on administre le traitement en 3 phases :

  • La pose d’un plâtre sur le pied atteint : ce stade du traitement est préférablement réalisé dans les premières semaines de vie du bébé.
  • La ténotomie du tendon d’Achille : cette intervention chirurgicale permet de redresser le talon et le tendon tout en assouplissant le pied.
  • Le port de bottines avec barre : celles-ci sont utilisées en fin de traitement, pour empêcher les pieds de se déformer à nouveau. Elles doivent être portées jusqu’aux premiers pas du bambin.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie