Arthrose du genou

Arthrose du genou

L’arthrose est une des pathologies les plus répandues. Elle apparaît surtout en réponse à l’usure prématurée ou la détérioration des articulations. 

Tout comme les hanches et les chevilles, les genoux sont soumis à des charges élevées. Ces articulations sont donc plus susceptibles de développer l’arthrose.

L’arthrose du genou engendre des douleurs profondes qui peuvent s’aggraver en raison de la nature active de l’articulation.

Plusieurs facteurs liés à l’âge ou aux activités d’une personne occasionnent cette forme d’arthrite limitante. 

Pour éviter les effets néfastes de l’arthrose du genou sur la qualité de vie, elle doit subir des traitements le plus tôt possible. Il faut donc savoir comment elle apparaît et comment elle agit.

Symptômes de l’arthrose du genou

Les dommages causés par l’arthrose font souvent naître une douleur perçante ou sourde. Mais les répercussions de la maladie peuvent être beaucoup plus larges. 

Les symptômes suivants sont de bons indicateurs de la présence d’arthrose aux genoux :

  • Des mouvements ordinaires qui deviennent pénibles (marcher, se lever ou s’asseoir)
  • Une douleur qui s’intensifie après l’activité physique ou lors du repos
  • L’apparition d’excroissances osseuses appelées ostéophytes visibles sur radiographie
  • Une enflure au niveau des articulations
  • Une diminution de la flexibilité 
  • Une raideur marquée
  • La sensation d’un frottement entre les os
  • Une instabilité en position debout

Causes et facteurs de risque

À l’origine, l’arthrose du genou est due à une modification de la structure articulaire. Ce bouleversement apparaît sous forme d’érosion du cartilage entre les os. 

En temps normal, ce tissu souple a pour mission d’amortir les chocs et veille à la fluidité des mouvements articulaires. Cependant, lorsqu’il s’érode, l’os et l’articulation sont tous les deux affectés.

Le deuxième élément à l’origine de l’arthrose du genou est une altération du liquide synovial. Cette substance épaisse a la responsabilité de lubrifier l’articulation et contribue à amortir les charges. 

Quand ces deux composantes essentielles ne répondent plus adéquatement, l’arthrose du genou est plus susceptible de se développer.

Les conditions suivantes sont propices à l’apparition d’arthrose aux genoux : 

  • Un âge avancé
  • L’embonpoint ou l’obésité
  • La pratique d’activités physiques ou professionnelles qui posent un stress régulier sur les articulations
  • Un manque d’activité physique
  • Des prédispositions génétiques ou un historique familial d’arthrose
  • Une lésion préexistante au ménisque ou au cartilage
  • Une blessure aux ligaments
  • Une fracture patellaire ou fémorale
  • Les genoux arqués ou cagneux (genoux varus ou valgus)

Certaines maladies engendrent parfois l’arthrose du genou :

Prévention

À un stade avancé, l’arthrose du genou et les douleurs qui l’accompagnent peuvent être difficiles à soulager.

Toutefois, des mesures préventives et thérapeutiques sont envisageables dans des cas plus légers :

  • Pratiquer l’exercice physique à faible impact : l’exercice est essentiel pour conserver une souplesse dans les mouvements. Vous pouvez par exemple vous orienter vers la natation, le vélo ou le yoga. Les sports comme la course à pied ou le ski sont cependant à éviter, car ils sollicitent agressivement les articulations touchées.
  • Perdre du poids : cette mesure contribue à réduire le stress généré aux articulations de support comme les genoux.
  • S’accorder un temps de repos suffisant : surtout si la douleur a tendance à revenir lors des activités physiques. Il est important de donner du répit aux articulations endolories.
  • Utiliser une aide mécanique : dans un épisode de crise, une canne ou des béquilles permettent d’éviter de solliciter les genoux davantage. Il faut néanmoins adresser la douleur qui devient trop intense.
  • Prendre des antidouleurs génériques : l’acétaminophène et l’ibuprofène sont efficaces pour soulager une douleur de faible intensité. Bien entendu, ceux-ci peuvent entrer en conflit avec certaines conditions préexistantes. Il faut donc consulter un professionnel de la santé pour écarter cette possibilité.
  • Appliquer de la chaleur : pour réduire l’enflure ou une raideur de faible intensité.
  • Appliquer du froid : dans un cas de douleur modérée à intense ou encore lorsqu’il y a enflure importante.

Ces dispositions agissent efficacement pour traiter certains symptômes de l’arthrose modérée. Néanmoins, une douleur vive qui impacte négativement la routine nécessite la consultation d’un podiatre ou d’un spécialiste médical.

Traitements

L’arthrose du genou est complexe à dépister de façon scientifique. Un diagnostic est donc souvent établi à partir d’examens physiques et symptomatiques. 

Pour ce faire, le podiatre peut effectuer un examen biomécanique du patient. 

Une fois le diagnostic d’arthrose du genou en place, le professionnel suggère différents traitements :

  • Des anti-inflammatoires non stéroïdiens 
  • Une thérapie physique comme la kinésithérapie ou l’ergothérapie
  • Des orthèses plantaires correctrices pour décharger la pression ou réaligner l’angle tibio-fémoral (dans un cas d’arthrose dû à un genou valgum ou varum)

Le podiatre est en mesure de traiter efficacement l’arthrose du genou de plusieurs manières.

Pourtant, un cas lourd peut obliger la prise de dispositions plus drastiques avec votre médecin :

  • Une viscosupplémentation : injection d’un liquide pour remplacer la synovie déficiente et restaurer les propriétés amortissantes du genou.
  • Une injection d’acide hyaluronique : Cette intervention vise à redonner un pouvoir lubrifiant à l’articulation et agit aussi à titre anti-inflammatoire.
  • L’injection de cortisone 

La chirurgie d’arthroplastie reste toutefois une option de dernier recours qui peut être effectuée par votre orthopédiste.

Inscrivez-vous à notre infolettre pour rester à l’affût des innovations en podiatrie